– Comment expliquer la jeunesse de la messe en forme extraordinaire qui vit un nouvel élan à travers les nombreuses vocations sacerdotales, la croissance des communautés traditionnelles, des mariages et des baptêmes ?
L’Eglise a demandé que, dans chaque diocèse, les fidèles qui le souhaitent puissent accéder à la messe latine selon le missel romain de 1962. Cette messe est la forme extraordinaire de l’unique rite romain célébrée habituellement sous la forme ordinaire du missel de Paul VI. De fait, le rite ancien a rencontré un écho assez étonnant chez bon nombre de jeunes qui aspirent à
recevoir ce trésor de l’Eglise. La messe latine offre un déploiement du sacré et une singulière vénération de la Présence du Christ.

– Pourquoi une messe en la forme extraordinaire dans notre paroisse ?
Déjà, en 1988, Mgr Orchampt avait autorisé la célébration de la messe latine. Puis, en 2006, Mgr Brugès a demandé à la paroisse cathédrale d’accueillir la célébration de cette messe dans l’église Notre Dame des Victoires. Mgr Delmas a confirmé ce choix et y vient pour certaines cérémonies, en autres les confirmations.

– Que propose cette liturgie de particulier ?
A travers le silence et les attitudes du corps, elle nous fait goûter la transcendance et la miséricorde de Dieu en nous rappellant notre petitesse et notre dépendance face à Lui. Le prêtre célèbre « ad orientem » et intercède seul face à Dieu. La messe commence par le rite de l’aspersion puis par les prières au bas de l’autel où l’assemblée est à genoux. Cette partie du rite romain se déploit dans la forme extraordinaire à travers la récitation de psaumes, du Confiteor, du Misereatur et de versets.

– Comment est célébré le « coeur » de la Messe ?
A l’image du grand prêtre du temple de Jérusalem, Jésus, Prêtre éternel, pénètre dans le sanctuaire en offrant le sacrifice de Son Corps, de son Sang, de Son Ame et de Sa Divinité. Il intercède en faveur des pécheurs. La beauté des ornements et des objets liturgiques sont des signes visibles qui soulignent la grandeur du mystère célébré. Toute la partie eucharistique est célébrée en silence : les gestes du prêtre prennent une saveur particulière pour nous conduire dans une intimité avec le Christ. Nous honorons Sa majesté, nous L’adorons et nous Lui rendons grâce.

– Comment peut-on suivre ces prières ?
Les lectures bibliques sont faites en français. Un missel latin-français peut permettre de méditer les oraisons et les antiennes qui possèdent une richesse doctrinale ainsi qu’une valeur pédagogique remarquables. Il existe également un déroulement général de la messe dans l’introduction du carnet de chant de l’église Notre Dame des Victoires.

– Pourquoi le chant grégorien est-il associé à cette messe latine ?
Le répertoire grégorien s’est constitué à partir de Saint Grégoire dès le VIème siècle. Nous bénéficions de nombreux siècles de compositions religieuses de grande beauté. Les paroles des chants sont les textes mêmes de la liturgie. Le célébrant, le choeur, les chantres, l’orgue et l’assemblée se répondent harmonieusement.

Que conseiller à une personne qui n’a pas l’habitude de suivre cette messe ?
Venez et voyez ! Il faut également du temps pour se rendre familier de cette forme qui peut sembler étrangère en raison du latin qui n’est plus connu de nos jours. S’il persévère, il pourra goûter combien cette messe rend l’âme contemplative et paisible.